Vu sur les riches boulevards
Date: 13 janvier 2004 à 16h02
Sujet: Reflexions sur la lutte


Au 175 du boulevard Saint Germain à Paris - le Paris très "chic", celui des seins en silicone, des "liftinges", des cow-boys du "bizness" -, le trottoir est transformé en support publicitaire : la mode de luxe éclaire les étrons des clébards.

Au moyen d'un système lumineux, la marque s'affiche entre les immeubles et le caniveau pour attirer le chaland. Quand on passe devant la boutique, on ne peut s'empêcher de lire cette publicité mouvante, certes minimaliste, mais qui montre la voie...

La voie de la pub globale : nul espace n'est trop public pour qu'on le vende, nulle modalité sensorielle à exclure (visuelle, auditive, olfactive, etc.). Vous pensiez que la pub ne pourrait pas vous coupez l'herbe sous le pied? Perdu!

Pour un expert "marquétingue", un espace libre ou public, c'est surtout un espace perdu, qui ne rapporte pas: il faut le faire fructifier.

La question est : ce trottoir a-t-il été loué (comme c'est le cas pour les cafés qui débordent sur les passages piétons) ou bien a-t-il été annexé par la mode?





Cet article provient de Brigades AntiPub
http://www.bap.propagande.org

L'URL de cet article est:
http://www.bap.propagande.org/modules.php?name=News&file=article&sid=88