"Une jeune diplômée : "J'ai bossé à Ikéa pendant trois ans.[...] Tu travailles dans l'entreprise, tu manges dans l'entreprise, tu fais un crédit avec l'entreprise, tu as tes loisirs avec l'entreprise, tu baises avec l'entreprise, tu te maries dans l'entreprise.""
- CQFD septembre 2006

Seb P. Étudiant et antipub. sebp@no-log.org


    Pourquoi nous recouvrons la pub...


Depuis quelques mois, on assiste à un mouvement émergent : le mouvement antipub. Beaucoup se posent des questions sur cette lutte qui s'étend et n'en comprennent pas certains aspects. C'est donc à nous d'en expliquer les raisons et les buts.

Tout d'abord quelques chiffres. En France, en 2003, la pub a coûté --*(1) ?*-- milliards d'euros (en 2000, 200 miliards de F), il y a un million de panneaux publicitaires et assimilés (dont probablement un tiers est illégal). Chaque jour, ce sont environ 3.000 publicités que nous subissons. Tous les ans, notre boîte aux lettres est remplie par 40 kg de prospectus. si quelqu'un(e) pouvait vérifier ces chiffres que j'ai pris sur www.antipub.net

Mais la pub est aussi de l'information, dit-on, si un commerce de proximité vient d'ouvrir dans le quartier, il faut bien qu'il se fasse connaître ! Oui, on ne peut pas blâmer un magasin de vouloir se faire connaître sauf qu'en réalité, seule les entreprises ayant suffisamment d'argent peuvent faire des campagnes publicitaires d'envergure. Souvent ce sont les mêmes qui ont des méthodes irresponsables (assassinat de syndicalistes par Coca-Cola en Amérique Latine, travail des enfants par les fabriquants de chaussures etc.), les petits producteurs(ctrices), aux procédés plus éthiques, ne peuvent survivre. La pub est donc responsable d'un système où ce n'est pas le produit de meilleure qualité qui gagne mais le plus médiatisé.

D'autre part, la pub de ces grandes multinationales n'est en aucun cas de l'information, au contraire, elle renvoie un message, toujours le même : consommez et tout ira bien. C'est ce qu'on appelle le formatage de l'opinion. Elle considère le (la) citoyen(ne) comme une vulgaire entité réduite à son rôle consommatoire, obéissant comme un mouton de Panurge au prêt-à-penser publicitaire. Mais, quand même, nous rétorque-t-on si vous nous considérez comme des citoyen(ne)s éveillé(e)s, nous sommes suffisamment intelligent(e)s pour ne pas écouter la pub ! Il est vrai, de nombreuses personnes ont un sens critique et on assiste à un désintérêt comme en témoignage la récession financière de la pub sur Internet. Mais, les plus faibles d'esprit, les enfants ? Comment refuser un gentil menu Nemo du McDonald's à son enfant, alors même qu'on sait les dangers de la Mal-bouffe ? Comment lui dire qu'il aura peu de cadeaux à Noël parce que papa est au chômage, alors qu'à tous les coins de rue, la pub aliéne son esprit par l'illusion du bonheur consommatoire ?

Un autre aspect pervers de la pub est l'image qu'elle renvoie. Ainsi, pour assouvir nos instincts naturels, on aura la femme-objet : femelle soumise (Sloggi, Lise Charmel...) ou bonne ménagère (produits vaisselles...), réduite aux désirs machistes et au patriarcat. Mais on aura aussi le magnifique mâle, bel apollon aux gros muscles qui doit consommer un maximun de cosmétiques pour plaire (comme pour Axe, où le beau mâle attire à lui des centaines de filles-objets aux gros seins). Vite un car de suédoises, t'as vérifié ton haleine ? --*(2) ?*-- je ne sais plus le slogan exact de la pub mais je me rappelle du « car de suédoises » et de « haleine » si quelqu'un(e) se rappelle le slogan exact et la marque, merci de me le dire. Bien loin de prôner l'anti-hygiène, ce que nous dénonçons c'est la façon de jouer sur les complexes, les frustrations, la compétitivité et le culte du paraître pour vendre la pseudo-recette miracle.

Que les entreprises cherchent par la pub à se donner une image positive, ceci est évident. Mais, si les gens n'y prennent pas garde, la pub peut faire oublier la réalité de leur méfaits. Ainsi, en 1999, après la marée noire provoquée par l'Erika, certains politiques, ONG et associations ont appelé au boycott mais quelque temps après, TOTAL nous a matraqué de spots télé et radios pour redorer son blason. De même quand Danone (et Lu, filiale du groupe), a licencié --*(3) ?*-- salarié(e)s alors qu'il faisait de gros bénéfices, une solidarité par le boycott des produits Danone (et Lu) a tenté de se mettre en place mais le grand groupe a payé de vastes campagnes publicitaires et les consommateurs(trices) n'ont pas ou peu réagi. Enfin, la pub récupère les luttes. Ainsi, depuis que la solidarité avec le tiers-monde s'accentue, la pub d'EDF veut « donner au monde l'énergie d'être meilleur »; (récupération évidente de slogans tels que « un autre monde est possible »), nous montrant des belles images d'une Afrique asséchée qu'elle veut aider. Signalons, qu'EDF est progressivement privatisée et que la privatisation de l'eau et des énergies a été totalement catastrophique dans les pays africains (en particulier en Afrique du Sud).

Effectivement, mais pourquoi taguer aussi les affiches culturelles ? En effet, nous recouvrons aussi ce genre d'affiches, ce qui choquent quelques un(e)s. Mais à cela, une question : trouvez-vous normal qu'un chef d'½uvre comme le Dictateur de Charlie Chaplin soit entre une pub pour un déodorant pour homme et celle pour une machine-à-laver ? C'est rabaisser l'art à une unique valeur commerciale, c'est considérer le théâtre, le cinéma etc. comme des instruments de rentabilisation financière pour des grandes corporations qui n'ont que faire de la qualité, du moment que ça rapporte. C'est pourquoi, nous écrirons des slogans tels que « la culture n'est pas une marchandise »; pour dénoncer ce dénigrement.

D'accord sur la dénonciation, mais que faire ? Beaucoup considèrent la pub comme une fatalité ou quelque chose d'indispensable à une société dynamique. Cela n'est pas le cas : sur ces 5 dernières années, la pub a augmenté six fois plus vite que la croissance réelle. --*(4) ?*-- à vérifier aussi svp, si d'autres ont des chiffres plus précis... Des solutions alternatives existent. Les associations de consommateurs comparent objectivement les produits et peuvent en donner la véritable qualité, vous pouvez les contacter ou aller sur leurs sites internets. Le bouche à oreille, bien que plus lent, est aussi plus sûr. Si vous souhaitez boycotter les produits de grande marque tels Netslé ou autres, qui non contents d'exploiter le tiers-monde, sont responsables de matraquages publicitaires permanents, il existe du chocolat, du café, des pâtes, voire même des « coca-cola » alternatifs (comme le Breizh Cola breton) au commerce équitable. Ces produits sont sans marque ; leur fabrication suit certaines normes éthiques, l'ONG Max Havelar en vérifie le respect. Vous pouvez acheter ces produits notamment à Artisans du Monde (ceci n'est pas une pub - nous n'avons reçu aucun argent - mais une information pratique). Renseignez-vous ! Enfin, vous pouvez aussi dénoncer ce dépeçage de notre environnement quotidien en parlant autour de vous des dangers de l'AGCS. En effet, si la pub transforme l'espace public en espace publicitaire, l'Accord Général sur le Commerce des Services, discuté à l'OMC prévoit à terme la privatisation de tous nos biens communs : eau, énergies, éducation, santé, transports... Passé quasi inaperçu et oublié des grands médias, il doit cependant entrer en vigueur l'année prochaine, en 2005. C'est bien ça ? ? ? je me trompe pas ?

Le mouvement antipub n'est pas clandestin. Ses rendez-vous sont annoncés sur le site www.stopub.tk. Tagger une pub est illégal : celles et ceux qui le font ne risquent que peu de chose (une amende de 70 E; environ) mais chacun(e) est responsable de ses actes. Il n'y a pas de « chefs », l'organisation est horizontale.

Pour plus d'informations :

www.stopub.tk : annonces des RDV pour les actions
paris.indymedia.org : site d'information alternatif (les soirs et lendemains d'actions, de nombreuses photos)
www.bap.propagande.org :
www.antipub.net : Site de la R.A.P. (Résistance à l'Agression Publicitaire), association loi de 1901 qui milite pour un environnement sans publicité.

  • Il en est ressorti plusieurs questions.
    Pour moi, la critique de la pub doit être accompagné d’alternatives. Il faut promouvoir et faire connaître cette alternative auprès des usager(e)s. Mais par exemple doit-on faire connaître le Breizh Cola, le coca breton en alternative au Coca-Cola. Avouons que certain(e)s consomment du Coca-Cola par plaisir, ce n’est donc pas sur cette consommation intrinsèque qu’il faut lutter mais contre la boîte Coca-Cola et ses stratégies de conquêtes (désinformation comme en Inde et Pakistan récemment, sur le danger de présence de pesticides dans les sodas, agression publicitaire constante, publicité indirecte par parrainage...). Selon un commentaire, source non vérifiée, le coca breton aurait refusé une collaboration avec Max Havelar parce qu’il aurait un projet... McDonald !! à vérifier... D’autre part, faut-il proposer voire donner des adresses de commerce équitable. (http://ecolo.asso.fr/textes/20020312equi.htm). Si le commerce équitable paraît bien au premier abord, ceci pourrait avoir l’effet perverse de donner une image positive à des boîtes qui veulent redorer leur blason (ex. McDo suisse se met au café équitable). Donc question à débattre.

    Deuxième question. Dans ce texte, je conseille les assoces de consommateurs. Prenons, un exemple. Ce n’est pas être aliéné par la société de « consumation » que de s’acheter un appareil numérique. Pour moi, le (la) crétin(e) verra un pub et achètera le premier appareil venu "paske il est bien, je lé vu à la pub ! ». Ceux (celles) qui ne veulent pas être arnaqué(e)s vont rechercher chez les assoces de consommateurs : UFC-Que choisir etc. pour comparer. Pour moi, cela n’est pas critiquable. Mais d’un autre côté, c’est aussi faire le jeu de la société de consommation, je cite un commentaire « En croyant donner un sens à toute cette consommation, elles ne font que légaliser encore plus le système. C'est la pastille verte de l'automobile ! ». Alors, assoces de consommateurs ou pas ? à débattre...

    Enfin, dernier chose. Personnellement, je ne parle pas de la décentralisation, des réformes des retraites etc. contrairement à stopub. Je trouve que ça n’entre pas dans la lutte. Je parle cependant de l’AGCS qui, à mon avis, a plus sa place.

    Voilà, j'attends vos réactions.
    Seb P. sebp@no-log.org
    "Pour un tract antipub + clair & débat" | Connexion/Créer un compte | 0 commentaires

    Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer

  • Documentaire étudiant sur la résistance face à la publicité
    Retourner les armes de l'adversaire contre lui-même
    Petit guide pratique d'extermination de la publicité
    Modèle propre pour la pub sur internet, projet étudiant
    Eradiquer la pub encrivore sur vos billets SNCF à imprimer
    Nouveau abris JCD
    UTILISER LES SOURIRES D'ENFANT
    Journée Sans Pub le 27 novembre
    Liste des contacts antipubs dans votre région
    A Dijon, la gastronomie s'affiche dans les rues ...
    Audit participatif des panneaux publicitaires à Dijon
    Pubs géantes : Milan invente le Dôme-sandwich
    Boko Anana, le court anti-pub
    Entretiens pour avis sur la communication des entreprises

    Pub et Caca

    19 mai: Le Publiphobe n°159 est disponible.

    13 avril: "Hacked By Hackerking" à télécharger dans la catégorie Audios.

    4 novembre: "pochoirs" à télécharger dans la catégorie Autocollants.

    3 juin: "La Bulle économique" à télécharger dans la catégorie Vidéos.

    19 janvier: 1 photo ajoutée dans Hacked By Erfan80.

    9 mars: "La captation des désirs" à télécharger dans la catégorie Autocollants.

    28 novembre: 1 photo ajoutée dans Hacked By Erfan80.

    7 janvier: 1 photo ajoutée dans Hacked By Erfan80.

    12 octobre: 1 photo ajoutée dans Hacked By Erfan80.

    10 juin: Le Publiphobe n°114 est disponible.



       Contacter les admins
       Informations légales

       Le Publiphobe
       Sondages
       Citations antipubs
       Articles passés
       Chercher sur le site

       Flux RSS


    Lien anti spammeurs

    Site Sans Pub


    Zone hors AGCS