"L'amour du travail bien fait et le goût de la promotion dans le travail sont aujourd'hui la marque indélébile de la veulerie et de la soumission la plus stupide."
- Raul Vaneigem, "Traité du savoir-vivre à l'usage des jeunes générations".
Pour l'avocat d'Ouvaton, Me Marc Lipskier, cette décision d'apparence anodine pourrait s'avérer lourde de conséquences pourl'économie d'internet en France.

Metrobus avait assigné en référé cette coopérative d'internautes pour la contraindre, sous la menace d'une astreinte de 10.000euros par jour, à révéler l'identité de l'auteur d'un des 3.500 sites qu'elle héberge.

Le premier vice-président du Tribunal de grande instance de Paris, Emmanuel Binoche, a demandé à Ouvaton de fournir "les donnéesstrictement nécessaires" mais sans astreinte. Lors d'une conférence de presse, le président d'Ouvaton, Alexis Braud, a indiqué que lacoopérative obéirait à cette injonction.

Le site en question, "stopub.ouvaton.org", point de ralliement de militants anti-publicité qui ont barbouillé des dizaines d'affichespublicitaires dans le métro parisien le 17 octobre et le 7 novembre, a d'ores et déjà changé d'hébergeur.

Les administrateurs d'Ouvaton ont toujours fait valoir qu'il révéleraient l'identité de son auteur - un des 2.000 membres de lacoopérative - si la justice le leur demandait, mais ils refusaient de donner directement ces informations à Metrobus.

Dans son ordonnance de référé, Emmanuel Binoche leur a donné raison. Mais il a refusé de condamner Metrobus à payer seule lesfrais de procédures, comme le demandait Me Marc Lipskier, spécialisé dans ce type d'affaire.

Du coup, Ouvaton, dont les administrateurs sont tous bénévoles et qui ne vit que des cotisations de ses membres - environ 30.000euros par an - se trouve contrainte de débourser 2.900 euros simplement pour avoir respecté la législation sur la confidentialité desdonnées personnelles.

"J'aurais trouvé juste qu'une entreprise qui fait plus d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires, qui est filiale d'un grand groupeinternational de publicité, prenne à sa charge les frais d'une procédure qu'elle a choisi d'entreprendre et qu'elle pouvait tout à faitéviter", a déclaré Alexis Braud, directeur d'un centre social de la Sarthe. "Je ne veux pas dire que la décision est injuste. Je pensequ'elle est immorale, mais la morale ne fait pas toujours bon ménage avec la justice."

INQUIETUDES POUR L'ECONOMIE INTERNET

Pour autant, Ouvaton ne fera pas appel, a indiqué Me Lipskier, car ce serait exposer la coopérative à des frais supplémentaires.

Cette affaire, qui intervient à quelques jours de l'examen en deuxième lecture d'un projet de loi sur l'économie numérique (LEN)par les députés, inquiète les hébergeurs indépendants qui y voient un précédent dangereux pour leur activité.

"C'est la porte ouverte à d'autres plaintes de ce type-là", a expliqué Alexis Braud. "Cela met en péril l'économie de l'hébergementinternet mais aussi sa morale, parce que la solution de facilité aurait été de donner ces informations sans passer par la justice, donc enenfreignant la loi."

Alexis Braud a annoncé qu'il convoquerait une assemblée générale des membres d'Ouvaton pour poser la question de la dissolutionéventuelle de la coopérative - "On va sans doute attendre l'examen de la loi sur l'économie numérique."

Les hébergeurs indépendants redoutent que la LEN, qui prévoit la mise en cause civile et pénale des hébergeurs de sites web quin'agiraient pas "promptement" pour mettre fin à une activité illicite, soit un facteur de précarité juridique.

"Un hébergeur sera jugé responsable s'il ne coupe pas un contenu dont on lui aura signalé l'illégalité - pas la justice mais n'importequi", a expliqué Alexis Braud. "Or mon métier en tant que président d'Ouvaton n'est pas de dire si, sur telle ou telle page, il y a usagedu droit de parodie ou détournement du droit des marques ; s'il y a usage normal du droit de citation ou détournement du droitd'auteur."

"La LEN va augmenter considérablement le nombre de contentieux", a pour sa part estimé Me Lipskier. "On va imposer àl'hébergeur de surveiller à chaque seconde des milliers de page", avec un coût qu'il devra soit supporter, soit faire supporter par lesinternautes.

"Cela ne fera qu'accroître le retard que connaît actuellement la France en matière d'hébergement et d'internet", a-t-il ajouté."C'est une décision qui, sous ses dehors anodins, remet en cause toute l'économie de l'internet en France."

Alexis Braud et Marc Lipskier ont appelé le gouvernement et les députés de la majorité parlementaire à modifier le projet de loipar un amendement.

Le président d'Ouvaton a rappelé que sous la majorité précédente, en août 2000, une soixantaine de députés de droite, alors dansl'opposition, s'étaient élevés contre une disposition similaire. Quatre sont aujourd'hui ministres - François Fillon (Affaires sociales),Patrick Devedjian (Libertés locales), Jean-François Mattei (Santé) et Gilles de Robien (Equipement).

"Aujourd'hui leur gouvernement propose la même chose", a déclaré Alexis Braud. "Je demande à MM. Fillon, Devedjian, Gilles deRobien et Jean-François Mattei, de parler à leur collègue Nicole Fontaine (Industrie)."


Reuters , lundi 01 décembre 2003, 19h20
© 2003 Reuters Limited - Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dans cet article ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit et préalable de Reuters
"DES DETAILS SUR L'AFFAIRE STOPUB-OUVATON" | Connexion/Créer un compte | 0 commentaires

Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer

Documentaire étudiant sur la résistance face à la publicité
Retourner les armes de l'adversaire contre lui-même
Petit guide pratique d'extermination de la publicité
Modèle propre pour la pub sur internet, projet étudiant
Eradiquer la pub encrivore sur vos billets SNCF à imprimer
Nouveau abris JCD
UTILISER LES SOURIRES D'ENFANT
Journée Sans Pub le 27 novembre
Liste des contacts antipubs dans votre région
A Dijon, la gastronomie s'affiche dans les rues ...
Audit participatif des panneaux publicitaires à Dijon
Pubs géantes : Milan invente le Dôme-sandwich
Boko Anana, le court anti-pub
Entretiens pour avis sur la communication des entreprises

Pub et Caca

13 avril: "Hacked By Hackerking" à télécharger dans la catégorie Audios.

24 février: Le Publiphobe n°158 est disponible.

4 novembre: "pochoirs" à télécharger dans la catégorie Autocollants.

3 juin: "La Bulle économique" à télécharger dans la catégorie Vidéos.

19 janvier: 1 photo ajoutée dans Hacked By Erfan80.

9 mars: "La captation des désirs" à télécharger dans la catégorie Autocollants.

28 novembre: 1 photo ajoutée dans Hacked By Erfan80.

7 janvier: 1 photo ajoutée dans Hacked By Erfan80.

12 octobre: 1 photo ajoutée dans Hacked By Erfan80.

10 juin: Le Publiphobe n°114 est disponible.



   Contacter les admins
   Informations légales

   Le Publiphobe
   Sondages
   Citations antipubs
   Articles passés
   Chercher sur le site

   Flux RSS


Lien anti spammeurs

Site Sans Pub


Zone hors AGCS